Chiffre d’affaires 2014

Communiqué de presse

GROUPE / FINANCE

02 février 2015

Au 31 décembre 2014 :

  • Chiffre d’affaires en baisse à 8 336 M€ : - 8,0 %
    (- 7,2 % à données comparables)
  • Carnet de commandes à 46,9 Mds€

A 46,9 milliards d’euros au 31 décembre 2014, le carnet de commandes du groupe a gagné en profondeur sur certaines activités récurrentes grâce à des contrats de long terme avec EDF. Néanmoins, le groupe souffre d'une atonie des marchés à cycle de commandes court, tels que les services à la base installée, et du report de certains projets de ses clients.

Le chiffre d’affaires 2014 du groupe ressort en baisse de 7,2 % à données comparables, légèrement au-dessus des attentes du groupe. La décroissance s’explique par la dégradation de l’environnement de marché tout au long de l’année 2014 et par une base de comparaison défavorable, l’année 2013 ayant bénéficié de contrats non-récurrents dans les activités Mines et Aval.

Concernant le niveau d’activité du groupe sur l’année 2014, Philippe Knoche, Directeur Général d’AREVA, a déclaré :
« L’année 2014, et plus particulièrement le second semestre, a été éprouvante pour AREVA. Avec le nouveau Conseil d’Administration, nous travaillons à l’élaboration d’un plan de compétitivité et d'une feuille de route stratégique et financière. Ceux-ci feront l'objet d'un point spécifique le 4 mars lors de la présentation des résultats annuels. »

L’attention est attirée sur le chapitre 2 du présent communiqué de presse consacré à la préparation de l’arrêté des comptes de l’exercice 2014.

En 2014, AREVA a généré un chiffre d’affaires consolidé de 8 336 millions d’euros, en baisse de 8,0 % (- 7,2 % à données comparables) par rapport à l’exercice 2013.

Le chiffre d’affaires des activités nucléaires s’établit à 8 210 millions d’euros en 2014 contre 8 864 millions d’euros en 2013, en baisse de 7,4 % (- 7,3 % à données comparables). Le chiffre d’affaires du BG Amont est en hausse de 7,8 % (+ 7,8 % à p.c.c). Les chiffres d’affaires des BG Mines, Réacteurs et Services et Aval sont en baisse respectivement de 24,4 % (- 24,5 % à p.c.c), 5,3 % (- 5,0 % à p.c.c) et 12,1 % (- 12,1 % à p.c.c).

Le chiffre d’affaires du BG Energies Renouvelables recule de 24,4 % par rapport à l’exercice 2013
(- 21,4 % à p.c.c.) pour s’établir à 52 millions d’euros.

En 2014, le chiffre d’affaires réalisé en France s’élève à 3 587 millions d’euros en baisse de 4,6 % par rapport à l’exercice 2013. Sur la même période, le chiffre d’affaires réalisé à l’international s’élève à 4 749 millions d’euros en baisse de 10,4 % par rapport à l’exercice 2013.

L’effet de change a un impact négatif de 5 millions d’euros sur la période, l’effet de périmètre a un impact négatif de 70 millions d’euros notamment du fait du transfert de la filiale de systèmes d’information Euriware à Capgemini en mai 2014.

Le chiffre d’affaires du quatrième trimestre 2014 s’établit à 2 779 millions d’euros, en hausse de 7,8 % (+ 6,7 % à p.c.c.) par rapport au quatrième trimestre 2013, tiré par les activités des BG Mines et Aval. L’effet de change est positif de 49 millions d’euros sur la période. L’effet périmètre a un impact négatif de 24 millions d’euros sur le trimestre.

Au 31 décembre 2014, le carnet de commandes du groupe atteint 46,9 milliards d’euros, en forte hausse par rapport au 31 décembre 2013 (41,4 milliards d’euros) atteignant le niveau le plus élevé depuis la création du groupe pour les activités nucléaires.

L’accord traitement-recyclage avec EDF pour la période 2013-2020 portant sur le transport, le recyclage de combustibles usés et la fabrication d'assemblages MOX bénéficie au carnet de commandes des BG Aval et Amont pour un montant supérieur à 5,5 milliards d’euros sur l’année.

Pour mémoire, le carnet de commandes ne comprend pas de montant au titre des accords conclus avec EDF en octobre 2013 au titre du projet de réacteurs EPR à Hinkley Point au Royaume-Uni et du combustible associé.

Les prises de commandes s’élèvent à 13,4 milliards d’euros sur un an en forte hausse par rapport à l’exercice 2013 (7,4 milliards d’euros), tirées par les accords pluriannuels avec EDF dans les activités récurrentes.

Contacts